Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2007

99 francs ...

c9f01efe261b31933fb413f462e63503.jpg" Je me prénomme Octave, je ne suis pas un gentil garçon ... "

Ainsi commence le film 99 francs, tiré du roman éponyme de notre ami Beig. Où devrais-je dire mon ami parce que j'ai bien l'impression que dans mes proches, à part DLM, ya pas grand monde qui l'apprécie notre dandy national. Mais moi j'aime bien sa grande gueule et ses chemises blanches qui lui donnent un faux air de BHL plus jeune.

Mais là n'est pas la question. RDV pris au Grand Rex avec quelques amis la semaine dernière pour aller voir le film, je n'ai d'ailleurs pas arrêté de bassiner mes pauvres collègues toute l'après-midi avec ça tellement j'avais hâte de voir la chose. Et comme je n'arrêtais de cancaner "Oui oh, j'adoooore Frédéric, j'adore Jean, je ne peux qu'aimer 99 francs !" Seulement, j'avais oublié Jan Kounen dans l'affaire ... Et j'avais oublié que c'était déjà lui qui avait commis Dobermann et Blueberry, western mystique à la sauce chamane. Bref, on aime ou on n'aime pas.

Et franchement, mises à part les scènes mémorables d'après trip de notre héros Octave, les réunions de 7h chez Madone pour se décider s'il faut de l'herbe vert pomme ou vert anglais pour la pub TV (c'est pas trop caricatural, c'est ça le pire !), le film n'est qu'une suite des délires post-coke d'Octave qui durent bien dix minutes chacun ... Ca parait un peu long au bout d'un moment (on en a mal aux narines pour lui...).

 

Alors que le livre de Beigbeder, sorti en 2000, apportait un regard on ne peut plus critique sur le monde de la pub, le film de Jan Kounen n'apporte selon moi rien de nouveau et ressasse un peu la vision qu'on peut avoir du secteur. Et ce que je n'ai pas supporté: le mot de la fin, dans un style donneur de leçon de morale à la Michel Fugain, un texte comparant les dépenses publicitaires et le montant qu'il faudrait pour combler la faim dans le monde ... Pour un film au budget de 12 millions d'euros, faut pas pousser mémé dans les orties quand même ...

Un super film graphique et psychédelique en somme ...