Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2008

Jaws in La Baule ...

Au début, j'ai cru que les auteurs de cette vidéo avaient passé un peu trop de temps au Bidule à Pornichet, mais il s'est avéré que les plagistes de la Baule ont réellement vécu ce soir une scène du même acabit, enfin presque, que les Dents de la mer ... Il s'agissait d'un petit requin bleu, a priori inofensif ... Enfin, je dis ça, moi et ma phobie des requins, je n'aurais pas fait la maligne, même à quelques mètres de la bestiole !! Voici la scène (j'attire votre attention sur les commentaires du début de la vidéo, assez grandioses !) :

 

 

Je vous rassure tout de suite, le sympathique squale n'a pas fini son chemin sur la plage, il est reparti comme il est venu !! Je vous l'accorde, on est loin de ça :

 

 

Jaws.jpg

04/07/2008

Y'a pas à dire ...

weather.jpg

Ca fout les boules !!!

Peut être qu'à Météo France, il faudra leur expliquer qu'on bosse le vendredi, et que le week end sont faits pour les pique niques !! Et qu'en plus, ce week end, c'est Solidays !!

01/07/2008

Bon baisers de Bruges, I love Colin Farrell !

Bon baisers de bruges.jpgC'est la fête du Cinéma, profitons-en !! Sauf que que je suis du genre à n'y aller que pour un seul film hum ... Bref, mon choix d'hier soir s'est porté sur Bon baisers de Bruges : avec un titre pareil, on s’attend à voir une vulgaire comédie pastiche d’un James Bond, un brin potache. Que nenni ! Après Le rêve de Cassandre de Woody Allen, Colin Farrell nous convainc qu’il n’est pas (qu’)un irlandais dur à cuire complètement allumé, grâce au premier long métrage de Martin McDonagh : après un contrat qui s’est mal terminé à Londres, Ray et Ken, deux tueurs à gage, sont envoyés en séjour forcé à Bruges, en Belgique. Nos deux compères attendent donc des nouvelles de leur boss dans la belle Venise du Nord : si l’un s’émerveille pour la cité médiévale, les peintures flamandes et les ballades en canaux, l’autre est grincheux, cynique et préfère de loin aller picoler au pub du coin !

 

Les vacances forcées des deux tueurs les conduiront à s’immiscer dans la ville, et à faire des rencontres aussi farfelues que des prostituées en exil, un acteur nain limite raciste et abusant des psychotropes, des touristes américains obèses qui vont mal tourner, et une brugeoise qui ne laissera pas Colin Farrell indifférent … Big Boss finit par donner des news, et demande à l’un des tueurs d’abattre l’autre, mais l'on se doute bien que la fin n’est pas toujours celle que l’on croit …

 

Ce qui semble le plus réussi dans le film, c’est bel et bien le côté humain des personnages : ce sont des tueurs à gage qui tuent de sang froid, mais on se verrait bien aller boire un verre avec eux malgré tout. Ralph Fiennes, qui joue le rôle de Harry, le patron de Ken et Ray, est vraiment parfait dans ce rôle de gangster cockney. En bref, Bon Baisers de Bruges est un film à la tonalité très noire, mais qui n’empêche pas de faire rire toute la salle aux éclats !

 

Allez, si j'arrive à survivre à la chaleur, ce soir, ce sera Sagan, de Diane Kurys !

19/06/2008

Campagne Swiffer Honey

swiffer-honey-fr.jpg

OK j'ai du mal à démarrer ce matin ... Mais j'ai bien accroché sur cette publicité trompe l'oeil, pour une célèbre marque de lingettes dépoussiérantes, que l'on pourra voir dans la presse à parti du 25 juin :

Plutôt réussi non ? A priori, cela ressemble plus à une énième publicité pour Ultra Doux, mais ils sont malins chez Leo Burnett ! Un beau parrallèle donc entre le soin que l'on apporte à sa crinière de lionne (surtout moi !) et le plaisir de soigner une belle bibliothèque en acajou !

 

 

11:05 Publié dans Un peu de comm' | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pub, swiffer

13/06/2008

Supergrass en concert !

Outre son université et ses nombreuses bibliothèques, la ville d'Oxford nous a livrée des musiciens des plus talentueux: Syd Barret, fondateur de Pink Floyd (qui a terminé ses jours seul et dans la démence, dans un manoir au fin fond de la campagne anglaise) ou Radiohead, qui ont fait leur premiers concerts à la Jericho's Tavern. Dans un style un peu plus léger, Oxford compte parmi ses musiciens Supergrass, qui étaient en concert hier soir à l'Elysée Montmartre, pour la promo de leur dernier opus, Diamond Hoo Ha.

 

Supergrass, c'est un peu le groupe pop qui me suit depuis les années collège ! Il faut dire que leur 1er album, I should Coco, est sorti en 1995, en pleine vague Britpop, à l'époque où l'on achetait encore des cassettes audio, où toutes les filles étaient amoureuses de Damon Albarn et où il fallait se jeter sur le bouton "Rec" lorsque le single Alright (qui est d'ailleurs le titre phare du film Clueless, ça ne s'invente pas !) passait sur Fun Radio :-) ... Concert attendu avec impatience donc, réécoute assidue de la discographie dans l'après-midi (sorry les collègues pour cette psychorigidité les jours de concert !), notamment de Road to Rouen qui reste selon moi l'album le plus abouti du groupe. Le résultat ne décoit pas, le groupe dégage une énergie vivifiante, on a envie de repartir en voyage de classe à Stratford upon Avon, bref, on en redemande en sortant ! Allez, pour la nostalgie (notez que Gaz Coombes, le chanteur, arbore toujours ces superbes rouflaquettes et un sourire ultra brite soigné) :

 

 

09/06/2008

Les Cakes de Bertrand

Les cakes de Bertrand.jpgCela fait près d’un an que je passe tous les matins et tous les soirs de la semaine, pour me rendre à mon travail de bonne heure, devant une boutique qui n’a de cesse d’attiser ma curiosité ! En raison d’une incompatibilité évidente d’horaire, Les Cakes de Bertrand était toujours fermée, mais cela ne m’empêchait pas le moins du monde de lorgner la vitrine …

 

Vendredi soir dernier, presque 20h, coup de bol, la boutique est ouverte ! Ni une ni deux, je fonce et je rentre dans la boutique afin de découvrir un univers évocateur : une ambiance entre les années 1900 et la Belle Epoque, Sarah Bernhardt, des images de cartes postales que grand maman nous a données, Kiki de Montparnasse, le port de voilette, l’époque ou les femmes se faisait belles avec des bigoudis, de l’eau de rose et de la poudre T Leclerc pour rendre leur teint diaphane …

 

Ce fût une belle occasion de discuter avec le maître des lieux en personne, le Bertrand qui préparait les cakes dès le début ! Pour la petite histoire, Bertrand et un ami, deux dingues de cuisine et plus spécialement de gâteaux font le bonheur des parisiens en vendant leurs cakes au marché de Port Royal. La première boutique ouvre un an plus tard dans le 9ème arrondissement, on y vend les fameux cakes mais aussi des accessoires issus de cette ambiance rétro : des cartes postales, des broches, des trousses, des portes cartes, de jolis cabas … Ben oui, être gourmande n’empêche pas d’être élégante, cela se saurait non ?

 

cabas les cakes de bertrand.jpgBertrand m’explique que la boutique de la rue Bourdaloue est maintenant consacrée uniquement aux accessoires (ce magnifique cabas m’a fait de l’oeil, ça tombe bien, je crois que mon anniversaire approche !), il faut aller bruncher ou prendre un petit goûter dans le jardin ombragé du Musée de la Vie Romantique de la rue Chaptal pour savourer les cakes de Bertrand.

 

Boutique Les cakes de Bertrand 7, rue Bourdaloue dans le 9ème

 

http://www.lescakesdebertrand.com/

30/05/2008

MGMT / Kids : la tuerie du mois de mai !

Attention, TOUTES les personnes qui ont écouté ce titre, "Kids" de MGMT (Management) sont devenus complètement accros ! Rien que cet après-midi, au bureau, elle a du passer dans mon Ipod une bonne trentaine de fois, un peu l'effet "Rebellion lies" d'Arcade Fire. Vous trouvez que le nom du groupe est bizarre ? Attendez, vous preferez peut-être dire le groupe de Ben Goldwasser et Andrew VanWyngarden ? Hum ... En tous cas, on me souffle que Sony BMG a parié sur eux, et ce pour 4 albums, et que leur producteur n'est autre que Dave Fridmann, qui sévit également avec les Flaming Lips ou Mercury Rev, pas des petits dossiers quoi ... Ready ?