Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2008

Bon baisers de Bruges, I love Colin Farrell !

Bon baisers de bruges.jpgC'est la fête du Cinéma, profitons-en !! Sauf que que je suis du genre à n'y aller que pour un seul film hum ... Bref, mon choix d'hier soir s'est porté sur Bon baisers de Bruges : avec un titre pareil, on s’attend à voir une vulgaire comédie pastiche d’un James Bond, un brin potache. Que nenni ! Après Le rêve de Cassandre de Woody Allen, Colin Farrell nous convainc qu’il n’est pas (qu’)un irlandais dur à cuire complètement allumé, grâce au premier long métrage de Martin McDonagh : après un contrat qui s’est mal terminé à Londres, Ray et Ken, deux tueurs à gage, sont envoyés en séjour forcé à Bruges, en Belgique. Nos deux compères attendent donc des nouvelles de leur boss dans la belle Venise du Nord : si l’un s’émerveille pour la cité médiévale, les peintures flamandes et les ballades en canaux, l’autre est grincheux, cynique et préfère de loin aller picoler au pub du coin !

 

Les vacances forcées des deux tueurs les conduiront à s’immiscer dans la ville, et à faire des rencontres aussi farfelues que des prostituées en exil, un acteur nain limite raciste et abusant des psychotropes, des touristes américains obèses qui vont mal tourner, et une brugeoise qui ne laissera pas Colin Farrell indifférent … Big Boss finit par donner des news, et demande à l’un des tueurs d’abattre l’autre, mais l'on se doute bien que la fin n’est pas toujours celle que l’on croit …

 

Ce qui semble le plus réussi dans le film, c’est bel et bien le côté humain des personnages : ce sont des tueurs à gage qui tuent de sang froid, mais on se verrait bien aller boire un verre avec eux malgré tout. Ralph Fiennes, qui joue le rôle de Harry, le patron de Ken et Ray, est vraiment parfait dans ce rôle de gangster cockney. En bref, Bon Baisers de Bruges est un film à la tonalité très noire, mais qui n’empêche pas de faire rire toute la salle aux éclats !

 

Allez, si j'arrive à survivre à la chaleur, ce soir, ce sera Sagan, de Diane Kurys !